LES SENTIERS DU PARC NATIONAL DES CALANQUES

Réaménagements à enjeux écologiques dans le cadre du projet européen «LIFE»

Site : PN Calanques, Bouches-du-Rhône

Commanditaire : PN Calanques, Ville de Marseille, CD 13

Equipe : TOPO*GRAFIK paysagistes, Ecoxygène,
Symbiodiv, LPO PACA

Mission : MOE complète

Montant des travaux : 800 000 €

Année : 2019 -2020

Le Parc National des Calanques est un «hot spot» de la biodiversité mondiale connu pour son fort taux d’endémisme. C'est aussi un haut lieu du tourisme international ainsi qu’un lieu de vie apprécié des Marseillais. Cela implique de multiples usages et pratiques (baignade, balade riverains, pêche, VTT, randonnée, escalade, apéro etc.) qui génère une forte pression sur le paysage et le milieu naturel, notamment dans les zones les plus accessibles.

 

L’objectif principal du projet "Habitats Calanques" financé par le programme européen "life" est de restaurer et préserver les habitats littoraux à travers la canalisation des visiteurs sur les sentiers pour éviter leur déambulation dans les zones sensibles.

Pour cela, il était primordial d’identifier et comprendre les usages et pratiques sur chaque lieu pour ensuite pouvoir choisir les itinéraires qui répondent aux attentes des usagers et qui limitent ainsi la tentation du raccourci et l'ouverture de sentes sauvages, la divagation en général. Notre but était aussi de restreindre la mise en place de zones en défens aux secteurs les plus sensibles, de garantir une bonne acceptation du projet et d'assurer sa durabilité dans le temps tout en valorisant ce magnifique paysage.

 

En collaboration étroite avec les écologues de l’équipe, des aménagements ponctuels, intégrés dans le cadre naturel et spécifiques pour chaque site sont mis en place afin d’améliorer la praticabilité et la lisibilité des sentiers.

Grace à un important travail de terrain et en s' appuyant sur les études naturalistes, nous déterminons dans la multitude des cheminements et sentes sauvages les itinéraires à conserver et les sentes à abandonner, ainsi que les mesures et ouvrages à mettre en place ponctuellement, tels que :

- L' augmentation de la visibilité des sentiers par la taille de la végétation, le nivellement et la mise en place de pierres de rive,

- La fermeture de certaines sentes et zones sensibles par le dénivellement, la mise en place de blocs rocheux ou de poteaux-fils,

- La construction d' ouvrages structurels nécessaires comme des murs de soutènement en pierre sèche, des emmarchements en pierre sèche ou déroctés.

À Sugiton, nous conservons un sentier qui amène directement aux plages et aménageons une boucle de découverte en balcon qui longe les falaises, via le belvédère des pierres tombées..

À Morgiou, un nouveau lacet dans le cheminement permet d'éviter un pierrier raide et difficile à pratiquer, d'arrêter la dégradation de la pinède et de démarrer sa renaturalisation.

La pointe sud de la calanque de Marseilleveyre abrite un habitat de phrygane littorale avec sa végétation particulièrement sensible. Ici, nous marquons l'accès aux dalles littorales et clôturons le secteur sensible avec du poteau-fil.

Au Cap Croisette, un sentier de belvédères bien visible sera aménagé en évitant un secteur à forts enjeux écologiques, site "le plus aride de France".

Au niveau de la batterie de Marseilleveyre, la multitude de cheminements prêtant à confusion est remplacée par un sentier naturellement canalisé par la végétation existante, en léger retrait du littoral.

Sur le sentier d'accès aux plages de Sugiton, des emmarchements en pierre sèche indiquent le chemin alors que des blocs rajoutés au chaos rocheux existant obstruent un départ de sentier abandonné.

Au départ de Callelongue, un cheminement logique et confortable, évitant les dalles lisses est aménagé.

Le sentier d'accès aux plages de Sugiton s'intègre discrètement au sein d'une ravine dont le relief canalise naturellement les visiteurs. Les emmarchements en pierre sèche limitent les phénomènes d'érosion hydrique.

Au niveau de la plage Est de Sugiton, un mur en pierre sèche soutient le sentier, et permet au sous-bois dégradé de se renaturaliser. Des emmarchements permettent d'accéder naturellement à la plage.

En partie haute de la montée de Morgiou : un mur en pierre sèche soutient le sentier et empêche le raccourci à travers de la pinède.

Au départ de la montée à Morgiou, des emmarchements en pierre sèche composent avec les pierres existantes du site.

Un grand lacet en profil doux remplace une montée trop raide qui traversait la pinède dégradée de Morgiou.

À Anjarre, la seule sablière des Calanques est protégée de l'érosion par des ganivelles qui empêchent l'accès et retiennent le sable.

© topo*grafik paysagistes 2020